Eupedia
Eupedia


Eupedia >Histoire > Envahisseurs de la Steppe

5000 ans de migrations des steppes eurasiennes vers l'Europe

English version Deutsche Fassung Versione italiana Version en español Versão em português Wersja polska
Migrations proto-indo-européennes au début du Bronze

Auteur: Maciamo Hay. (Écrit le 28 janvier 2010. Dernière mise à jour en février 2018.)

Introduction

La steppe pontique-caspienne, qui s'étend de l'estuaire du Danube aux montagnes de l'Oural, a joué un rôle crucial dans l'histoire de l'Europe et de l'Asie. C'est là que le cheval a été domestiqué, les chariots inventés, et l'un des premiers lieux où l'âge du bronze a fleuri et à partir duquel il s'est propagé. À partir d'environ 4000 avant notre ère, les peuples des steppes ont commencé à migrer vers l'ouest pour s'établir le long de la vallée du Danube et du bassin des Carpates, puis peu à peu ils avancèrent plus profondément à l'intérieur de l'Europe. Voici un résumé de cette longue série de migrations qui aurait amené les langues et la culture indo-européennes en Europe et a contribué de manière significative au patrimoine génétique européen moderne.

De nos jours, environ deux tiers des hommes européens appartiennent aux haplogroupes du chromosome Y R1a ou R1b, deux lignées patrilinéaires qui ont été confirmées par des tests d'ADN ancien être arrivés en Europe avec les migrations indo-européennes de la steppe pontique-caspienne durant l'âge du bronze. Pourtant, longtemps après la fin de l'âge du bronze, les peuples nomades des steppes ont souvent mené plus d'incursions en Europe. Tous n'étaient pas des locuteurs indo-européens et, à la fin de l'âge du bronze, même ceux qui l'étaient, comme les Scythes, s'étaient mélangés à une variété de peuples non-indo-européens du Caucase, d'Asie centrale, de Sibérie ou même Moyen-Orient avant d'arriver en Europe.

Vous pouvez visualiser ici les cartes des migrations de l'âge du bronze en Europe.

N.B. Les dates sur cette page sont notées par l'abréviation AEC (avant ère commune, c'est-à-dire avant notre ère) et EC (ère commune).

Résumé historique des migrations de la steppe pontique-caspienne vers le reste de l'Europe

  • 4200-3900 AEC: Les cavaliers de l'âge du cuivre tardif envahissent les anciennes colonies balkaniques de l'est de la Roumanie et de la Bulgarie. La plupart des villes et villages des cultures Gumelnita, Varna et Karanovo VI sont abandonnés. Une nouvelle culture hybride émerge, la culture Suvorovo-Cernavodă (4000-3200 AEC), qui s'étendra plus au sud vers la mer Égée pendant la période d'Ezero (3300-2700 AEC).
  • 3500 AEC: D'autres incursions de la steppe vers la culture Cucuteni-Tripolye ont conduit à la formation de la culture hybride Coţofeni, également connue sous le nom de culture d'Usatovo, dans le nord-est de la Roumanie.
  • 3200-2800 AEC: Première expansion nord-ouest de la culture de Yamna de la steppe occidentale vers la Pologne moderne, l'Allemagne, la Scandinavie et les pays baltes. Création de la culture de la céramique cordée (3200-1800 AEC).
  • 2800-2500 AEC: Des tribus hybrides des cultures de Coţofeni et Ezero commencèrent à remonter le Danube et à s'installer en masse dans la plaine hongroise. L'expansion vers le sud des cultures d'Abashevo, de Poltakva et des Catacombes de la région Volga-Oural à la mer Noire a déplacé plus de nomades pastoralistes de la culture de Yamna vers l'Europe.
  • 2500-2300 AEC: Les Indo-Européens s'étendent de la plaine hongroise à l'Autriche, la Bohême, la Moravie, le sud de la Pologne et le sud de l'Allemagne. Culture de l'âge du bronze d'Unétice.
  • 2300-2000 AEC: Les Indo-Européens continuent leur progression vers l'Europe de l'Ouest et du Nord, répandant avec eux l'âge du bronze et la tradition des sépultures individuelles. li>

  • 2000-1100 AEC: Les peuples de la mer envahirent la Méditerranée égéenne et orientale depuis le nord (probablement de la mer Noire). C'est l'une des parties les plus controversées de l'histoire ancienne en raison du manque de preuves claires sur l'origine des peuples de la mer. Les Indo-Européens de la steppe ou de l'Europe elle-même étaient les seuls guerriers avec des armes suffisamment avancées et une connaissance de la navigation pour avoir détruit les puissants palais-états de la Grèce, d'Anatolie, du Levant et d'Egypte. Cela correspond également à l'intervalle de 1000 ans, sans autre migration majeure des steppes, à l'époque où les Indo-Européens de l'Est conquéraient le Pakistan et l'Inde à partir de l'Asie centrale.
  • 800-550 AEC: Les Cimmériens sont évincés de la steppe pontique par leurs cousins les Scythes venant de la région Volga-Oural et d'Asie centrale. Les Cimmériens s'installent en Anatolie et autour de la Roumanie moderne vers 800 AEC. La culture cimmérienne commença vers 1200 avant notre ère. Certains archéologues situent leurs origines dans le Caucase du Nord. Certains disent que les Cimmériens se sont déplacés vers le nord de l'Allemagne et les Pays-Bas et sont devenus les ancêtres de certaines tribus germaniques, comme les Sicambri (ancêtres des Francs). Les Scythes ont suivi entre 650 et 550 avant notre ère, s'installant en Transylvanie, en Hongrie et dans le sud de la Slovaquie. Ils conservèrent des routes commerciales avec les steppes jusqu'à la conquête romaine de la Pannonie et de la Dacie.
  • 100-500 EC: Les Huns du sud de la Sibérie envahirent l'Europe de l'Est, poussant les Alains (une tribu descendant des Sarmates) vers l'ouest. Les Goths, Vandales, Francs, Angles, Saxons, Jutes et autres traversèrent l'Empire romain sous la pression des nouveaux migrants des steppes, ce qui causa l'effondrement de l'Empire romain d'occident.
  • 550-1000 EC: Les prochains envahisseurs de la steppe furent les Avars, qui sont entrés dans la région du bas Danube en 562. Les Avars ont établi leur domination sur le bassin du Danube, du centre de la Roumanie à l'est de l'Autriche, de la fin du 6ème au début du 9ème siècle.

    Au 4ème siècle, des Proto-Bulgares avaient traversé le Caucase en Arménie alors que d'autres avaient déjà suivi les Huns, puis les Avars vers l'Europe centrale. La steppe pontique et le Caucase du Nord ont été gouvernés par les Bulgares pendant la période de la Grande Bulgarie au 7ème siècle. Sous la pression des Khazars, les Bulgares se scindèrent en deux groupes; un migrant vers le nord dans ce qui deviendra le Khanat bulgare de la Volga, et l'autre vers les Carpates fondant le Premier Empire bulgare (680-1018) autour de la Roumanie et de la Bulgarie modernes.

    Les Magyars et les Khazars migrèrent de la région de l'Oural-Volga à l'Ukraine moderne autour de l'an 830, se frayèrent un chemin à travers les Carpates jusqu'à la Bavière, où leur progression fut arrêtée en 956, puis s'établirent définitivement en Hongrie au Xe siècle et fondèrent le royaume de Hongrie en 1001.

  • 1235-1300 CE: L'Empire mongol atteint l'Europe vers 1235 et les Mongols envahirent sans relâche la Bulgarie, la Pologne, la Bohême, la Hongrie, l'Autriche, la Croatie, la Serbie et la Thrace byzantine. Ils ont finalement été vaincus et expulsés d'Europe, mais peuvent avoir laissé quelques traces génétiques (bien que très mineures basées sur des preuves actuelles).

  • 1350-1550 EC: Les derniers venus d'Asie centrale pour venir en Europe étaient les Turcs, qui ont conquis les Balkans de 1359 à 1481, puis les Carpates et Hongrie de 1520 à 1566. Ils n'étaient pas techniquement de la steppe pontique-caspienne, mais des régions d'Asie centrale établies il y a plus de 4000 ans par les Indo-Européens de la steppe Volga-Oural. Comme d'autres peuples turcs (Huns, Avars, Bulgares, Khazars, Tatars), les Turcs auraient apporté beaucoup de lignées R1a (+ un peu R1b).

Impact génétique

Le flux continu des steppes a eu un effet cumulatif sur le pool génétique européen. Néanmoins, ce sont les premières migrations des âges de Cuivre et Bronze qui ont eu le plus grand impact génétique.

Avant 4000 avant notre ère, il ne semblait pas y avoir trace de l'haplogroupe R1b-L23 (et sous-clades) en Europe en dehors de la steppe pontique-caspienne. Des anciennes branches de R1b ont été trouvées dans des échantillons mésolithiques des Balkans et de la Baltique orientale, mais elles sont maintenant pour la plupart éteintes. La branche R1b des Indo-Européens est liée à l'expansion vers les Carpates et les Balkans (cultures Usatovo-Coţofeni, Ezero, Otomani), puis à l'expansion vers l'Europe centrale, s'étendant le long des réseaux commerciaux préexistants de la culture campaniforme jusqu'à la Grande-Bretagne et l'Irlande à l'ouest.

La même chose est vraie pour l'haplogroupe R1a. Des anciennes branches qui ont laissé peu ou pas de descendants modernes ont été identifiées dans des restes mésolithiques d'Europe de l'Est, mais la branche R1a-M417 qui a survécu et a remplacé toutes les autres provenaient probablement de la culture de Yamna, et des tests d'ADN ancien ont confirmé que R1a-M417 s'est propagé principalement à travers la culture de la céramique cordée. Aujourd'hui, plus de la moitié des hommes européens modernes portent un chromosome Y descendant de la variété de R1a ou R1b de la Steppe au début de l'âge de Bronze, R1b étant prédominant en Europe occidentale, tandis que R1a est plus répandu en Europe centrale et orientale.

Une autre lignée paternelle de la culture de Yamna qui semble s'être répandue avec les migrations indo-européennes est I2a2a-L701. L'haplogroupe I2 était la lignée principale des Européens du Mésolithique et était répandue sur tout le continent. I2a2a-L701 semble être une branche présente en Ukraine mésolithique et dans le sud de la Russie qui fut intégrée à la culture de Yamna.

Il est également probable que certaines lignées paternelles des cultures néolithiques adjacentes à la steppe pontique ont été partiellement absorbées par les envahisseurs steppiques et propagées avec eux dans le reste de l'Europe. Cela aurait pu être le cas de la culture Cucuteni-Trypillienne, située autour de la Moldavie moderne et l'ouest de l'Ukraine, qui était adjacente à la culture de Yamna en 3500 avant notre ère. Un des principaux candidats est l'haplogroupe G2a, la principale lignée des agriculteurs néolithiques. L'ADN ancien a confirmé que la sous-clade G2a-U1

Ces migrations proto-indo-européennes à l'âge du bronze ont eu un plus grand impact sur le côté paternel (chromosome Y) car les hommes peuvent procréer avec plusieurs femmes et la polygamie était courante dans les sociétés hiérarchisées de l'âge du bronze. Mais les femmes des steppes ont également participé aux migations indo-européennes. Elles auraient diffusé les haplogroupes mitochondriaux H2a1, H6, H7, H8, H15, K1c, K2b, U2d, U2e, U4, U5a1a, I1, I2, I3, V7a, V15 et W autour de l'Europe.

Les migrations de la steppe pontique durant l'âge du bronze moyen et tardif auraient amené un mélange de R1a, R1b et d'autres lignées nouvelles comme J2b2a-L283, qui a été trouvé dans un site proto-illyrien en Croatie daté c. 1600 avant notre ère. Il semble que E-V13 était une autre lignée européenne néolithique qui ait été assimilée par les nouveaux venus indo-européens. Sa clade principale, CTS5856, a un âge de coalescence de seulement 4100 ans, ce qui place son expansion durant l'âge du bronze moyen à tardif.

Les derniers R1b supposés d'avoir quitté la steppe étaient les Cimmériens. Les Sarmates qui les ont expulsés semblent avoir assimilé certaines des populations locales des steppes qui n'ont pas fui. Un individu sarmate précoce appartenait à R1b-Z2103 (un lignée commune avec Yamna). Cependant, il est probable que les Sarmates appartenaient principalement à R1a comme les autres tribus iraniennes. Deux échantillons Sarmates ou Alaniques (300-400 EC) de la République d'Ossétie du Nord-Alanie appartenaient aux haplogroupes R1a, G2a et J1. Les deux derniers sont des lignées courantes dans le Caucase du Nord et peuvent toutes les deux dépasser 50% de la population dans certains groupes ethniques. Par conséquent, ce sont très probablement des lignées locales assimilées plutôt que des lignées originelles des Sarmates/Alains.

Toutes les migrations subséquentes de la steppe auraient apporté principalement l'haplogroupe R1a dans les Balkans et en Europe centrale. L'Europe du Sud-Est a maintenant la plus grande diversité de R1a en raison des nombreuses tribus eurasiennes qui se sont installées là depuis près de deux millénaires, entre 800 avant notre ère et 1000 CE.

Des dizaines d'échantillons d'ADN anciens provenant de restes scythiens ont été testés pour l'ADNmt et quelques-uns aussi pour l'ADN-Y. Onze échantillons d'ADN-Y scythes ont été testés à divers endroits en Russie et en Sibérie, et tous sauf un appartenaient à l'haplogroupe R1a (le dernier appartenait à l'haplogroupe sibérien N). Deux seulement ont été testés pour des clades profondes et tous deux sont tombés sous la branche indo-iranienne Z93 (sans surprise puisque les Scythes étaient une tribu iranienne). Il est probable que les Scythes aient également porté une minorité d'haplogroupes R1b-Z2103 (comme d'autres peuples indo-iraniens), mais aussi J2a et Q1b d'Asie centrale, d'où ils sont originaires. Leurs haplogroupes mitochondriaux montrent que les Scythes de Russie étaient fortement mélangés avec des tribus mongoloïdes/sibériennes du côté maternel.

Les Huns sont originaires de Mongolie et de l'Altaï. De nombreux échantillons d'il y a 2000 ans ont été testés à la fois pour l'ADN-Y et l'ADNmt et ils ne semblent pas différer beaucoup des Mongols actuels. Leurs lignées principales d'ADN-Y étaient C2a, N1 et Q1a, mais ils possédaient aussi R1a et R1b (et des lignées d'ADNmt Proto-Indo-Européen équivalentes comme H, J1, U2e et U5a). Au moment où les Huns atteignirent l'Europe, ils étaient devenus une confédération de plusieurs tribus incorporées dans la steppe eurasienne, et beaucoup d'entre elles étaient vraisemblablement à dominance R1a (parce qu'elles descendaient des Sarmates et des Scythes). Ceci explique pourquoi très peu de lignées d'Asie de l'Est sont présentes dans les parties d'Europe où les Huns se sont installés, notamment en Hongrie, dans les Carpates, en Pologne et en Allemagne. Ce sont toutes des régions avec des niveaux considérables de R1a, et certaines pourraient avoir été apportées par la confédération des huns de la steppe.

Les Avars, les Bulgares, les Magyars et les Khazars auraient aussi apporté principalement des lignées R1a, probablement avec d'autres lignées iraniennes (G2a, J2a, R1b-Z2103), turques (C2a, Q1a) et même ouraliennes (N1c). Six échantillons d'ADN-Y Magyar du 10ème siècle ont été testés et appartenaient aux haplogroupes I2a (x2), N1c (x2) et R1b (x2). L'ADN-Y du roi Béla III de Hongrie a été testé par Olasz et coll. (2018) et s'est avéré être R1a. Béla était membre de la dynastie Árpád, qui a régné sur la Hongrie depuis l'arrivée des Magyars au 9ème siècle jusqu'en 1301.

Les Turcs descendirent de l'Altaï vers l'Asie centrale et conquirent l'Empire byzantin. Les envahisseurs turcs d'origine ont laissé une empreinte génétique significative sur la population anatolienne. De nos jours, 7% des hommes turcs portent un chromosome Y originaire de Mongolie ou de Sibérie (haplogroupes C, N, O et Q). 7% de plus appartiennent à l'haplogroupe R1a (principalement à la branche Z93), la plupart d'entre eux pouvant également être venus avec les Turcs. Les descendants de la dynastie ottomane ont été testés positifs pour R1a-Z93. 500 ans de domination ottomane dans les Balkans ont laissé un faible pourcentage d'Y-ADN turc dans la région.

Suivi

Discutez de cet article sur le Forum Eupedia.



Copyright © 2004-2018 Eupedia.com Tous droits réservés.