Eupedia
Eupedia


Eupedia >Histoire > Celtic Trivia

Faits intéressants et peu connus sur les anciens Celtes

English version Deutsche Fassung Versione italiana Version en español Versão em português
Interesting facts about the ancient Celts

Terre, peuple et langue

  • Les anciens Celtes étaient une branche des Indo-Européens, un groupe ethnico-linguistique qui comprenait aussi les peuples germaniques, slaves, grecs et indo-iraniens. Depuis leur patrie dans les steppes pontiques et caspiennes, les Proto-Indo-Européens ont conquis la majeure partie de l'Europe, de l'Asie centrale et de l'Asie du Sud à partir de 4.000 avant notre ère grâce à l'avènement de l'âge du bronze dans le Caucase du Nord. (=> Voir le Histoire des Indo-Européens pour plus de détails).
  • Les peuples proto-celtiques sont arrivés des Balkans en Europe centrale il y a 4.500 ans. Equipés de chevaux et d'armes en bronze les rendant militairement supérieurs, les Celtes conquirent rapidement l'Europe occidentale, des îles britanniques à la la péninsule ibérique.
  • La culture celtique classique est apparue en Europe centrale autour de l'Autriche, de la Bavière et de la Suisse actuelles. La plus ancienne ville celtique, datant d'il y a 3.200 ans, a été trouvée à Hallstatt, en Haute-Autriche.
  • La culture classique de Hallstatt et son successeur, la culture de La Tène, se sont étendues des Alpes à presque toute l'Europe occidentale et centrale entre 600 et 400 avant notre ère. Les gens de ces régions parlaient une langue similaire, partageaient une même religion, des traditions et des croyances similaires, les mêmes arts et techniques...
  • Il y avait quelques différences régionales mineures entre les peuples celtes. Par exemple, les maisons en Grande-Bretagne et en Irlande étaient généralement rondes, tandis que celles en Gaule étaient rectangulaires.
  • Le terme "Celte" vient du grec Keltoi ou Galatae (Galates), et latin Celtae ou Galli (Gaulois). On ne sait pas comment ils s'appelaient entre eux, mais il est probable que ce fut un mot proche de ceux-ci, peut-être ressemblant à l'appellation moderne "Gael".
  • Bien que les Celtes ne possédaient pas leur propre système d'écriture, des inscriptions en langue celtique en alphabet latin ou grec ont été trouvées sur les sites celtes.
  • Contrairement aux croyances populaires, les langues celtiques furent encore parlées longtemps après la conquête romaine. Saint Jérôme (347-420) note que la langue des Galates anatoliens à son époque était encore très semblable à la langue des Treveri (de la région de Trèves et la frontière de l'Allemagne et du Luxembourg).
  • Les langues celtiques ont progressivement disparu au Moyen Age. Elles ont seulement survécu en Bretagne, en Cornouailles, au Pays de Galles, en Écosse, en Irlande, et pendant un certain temps également en Galice (nord-ouest de l'Espagne). Aujourd'hui, seule une minorité de personnes est encore capable de parler des langues celtiques et gaéliques, et elles sont principalement confinées au Pays de Galles, à la Bretagne et à l'ouest de l'Irlande.
  • Des études génétiques ont déterminé que la plupart des anciens hommes celtiques appartenaient à la haplogroupe R1b-S116 (Y-ADN) et ses sous-clades. Deux migrations de l'âge du Bronze ancien ont introduit la sous-clade L21 dans le nord-ouest de la France et les îles britanniques, ainsi que la sous-clade DF27 au sud-ouest de la France et à l'Ibérie. La troisième sous-clade celtique majeure est S28 (alias U152), qui est associée à l'expansion des cultures celtiques classiques de Hallstatt et de La Tène, ainsi que des tribus italiques.
  • Il est fort probable que les peuples celtiques aient propagé le gène des cheveux roux. (=> Voir les Origines et histoire des cheveux roux pour plus de détails.)

Expansion des cultures Hallstatt et La Tène

Expansion des cultures Hallstatt et La Tène à l'âge du bronze et à l'âge du fer

Carte des lignées paternelles celtiques dans l'Europe moderne

Cette carte représente les lignées paternelles associées à la propagation des peuples proto-italo-celtiques de l'Europe centrale à l'Europe occidentale pendant l'âge du bronze, il y a environ 4.500 ans. Leurs lignées appartiennent à l'haplogroupe R1b-S116 (ou P312), c'est-à-dire la plupart des R1b européens moins les R1b-L23 gréco-étrusques, les R1b-U106 et R1b-L238 germaniques, et les L11, L51 et L150 proto-celto-germaniques. La branche S116 comprend des sous-clades associées à des langues non-indo-européennes comme le basque, et les anciennes langues gasconnes et ibériques. Comme on ne sait pas exactement quand et où les langues celtiques se sont développées et si certains locuteurs du proto-celtique ont pu adopter des langues indigènes dans la terre qu'ils ont colonisé (en particulier en Gascogne et Espagne méditerranéenne), toutes les lignées ont été incluses pour la réalisation de cette carte, privilégiant l'ADN-Y sur les langues historiques.

Répartition des lignées paternelles celtiques en Europe

Société, culture et style de vie

  • Les Celtes commercaient activement avec le monde méditerranéen, échangeant notamment leurs outils et leurs armes de fer contre du vin et de la poterie. Ils importaient également de l'ambre de la Baltique pour la revendre aux Romains et aux Grecs.
  • Les Celtes ont préempté les Romains dans leur construction d'un réseau routier à travers le continent européen.
  • Le monde celtique était très décentralisé par rapport au monde romain, mais au moins une douzaine de villes celtes possédaient de hauts murs de pierre rivalisant avec ceux de Rome à cette époque. Les plus longs mesuraient 5 km de long.
  • Des études récentes ont montré que les Celtes étaient plus avancés que les Romains dans certains aspects scientifiques et économiques. Les calendriers celtiques pré-romains étaient beaucoup plus précis que les calendriers romains. En fait, ils étaient peut-être plus précis que le calendrier grégorien en usage de nos jours.
  • Chaque tribu galate était organisée en quatre clans, chacun dirigé par un tetrach (chef), assisté d'un juge, d'un général et de deux généraux adjoints. Chaque clan envoyait 25 sénateurs à un sanctuaire central appelé Drunemeton.
  • Les Celtes étaient immensément riches. Nous savons maintenant que la raison principale pour laquelle Jules César décida de conquérir la Gaule était pour mettre la main sur l'or celtique. Plus de 400 mines d'or celtiques ont été trouvées en France uniquement. Les Romains disposaient de peu d'or sur leur territoire d'origine, donc la conquête de la Gaule fut un formidable aubaine qui raffermit encore la puissance des Romains.
  • La noblesse celtique était connue pour être rasée de près avec des cheveux bien taillés suivant la mode de l'époque. Des pinces à épiler ont même été retrouvées sur des sites archéologiques.
  • La société celtique ancienne conférait beaucoup plus de liberté et de pouvoir aux femmes que les sociétés grecques et romaines. Il était interdit aux ménagères gréco-romaines de faire des affaires et elles étaient pour la plupart du temps séquestrées dans leur maison sous la surveillance de membres masculins de la famille. Les femmes celtes pouvaient parfois devenir de puissants chefs de tribu, et étaient également connues pour faire la guerre.

Guerre et technologies celtiques

  • Les Celtes ont inventé la cotte de mailles (vers 300 avant notre ère) et les casques utilisés plus tard par les légionnaires romains. Les épées et les boucliers celtiques étaient au moins aussi bons que ceux des Romains.
  • La décoration des armes, des chars et des artefacts celtiques était à bien des égards supérieure à celle de nombreuses cultures méditerranéennes.
  • Les Gaulois de l'époque de Jules César étaient décrits comme portant des armures et des épées brillantes et dorées.
  • Le développement précoce des premières armes de fer et armureries des Celtes leur donna un avantage militaire sur leurs voisins. Cela leur a permis de conquérir et de soumettre la plus grande partie de l'Europe pendant de nombreux siècles.
  • Les Celtes avaient une réputation de barbares redoutables parmi les Grecs et les Romains. Vers 400 av. J.-C., ils s'emparèrent du territoire situé entre les montagnes Appeninne et les Alpes (Italie du Nord), puis pillèrent Rome en 390 av. J.-C. Même Alexandre le Grand s'est assuré d'éviter la guerre avec les Celtes, signant avec empressement un traité de paix avec eux en 335 av. J.-C., avant d'entreprendre sa conquête de la Perse. Après sa mort, les Celtes redevinrent une menace pour les Grecs. Attirés par les richesses accumulées dans les temples grecs par Alexandre, les Celtes galates envahirent la Macédoine en 281 av. J.-C. et pillèrent Delphes en 279 av. J.-C..
  • Leur défaite contre les Romains fut principalement due au fait qu'ils étaient désunis contre l'ennemi romain et victimes des luttes tribales internes.
  • On estime que Jules César a massacré 10% des 10 millions de Celtes de Gaule, et a mis un autre million dans l'esclavage. De nos jours on appellerait cela un génocide.

Religion et croyances

  • Comme les Grecs, les Romains, les Allemands et les Hindous, les Celtes étaient des polythéistes, et les divinités variaient d'une région à l'autre, avec quelques grands dieux (comme Lugh) reconnus partout. Comme les Romains, les Celtes n'hésitaient pas à vénérer des dieux étrangers.
  • Les druides n'étaient pas seulement des prêtres, des devins et des astronomes, mais aussi des juges, des médiateurs et des conseillers politiques qui jouaient un rôle important dans les déclarations de guerre ou de paix.
  • Il fallait environ 20 ans de formation pour devenir druide. Comme le clergé chrétien au Moyen Age, les druides étaient généralement d'extraction noble et formés dès l'enfance.
  • Le druidisme pourrait être originaire de Grande-Bretagne. Néanmoins, les druides tenaient leur grande assemblée annuelle sur le territoire des Carnutes, dans le centre de la Gaule.

  • Les chênes étaient d'une importance primordiale dans la religion celtique. Les druides coupaient rituellement le gui des chênes. Le mot "druide" est lié au terme celtique voulant dire chêne, et le lieu de rassemblement des druides galates s'appelait Drunemeton, littéralement "sanctuaire des chênes".
  • Les Celtes pratiquaient un sacrifice humain rituel aux dieux, généralement près de l'eau (lac, rivière, source) et/ou dans les forêts. Les victimes étaient le plus souvent des prisonniers de guerre ou des criminels. Les druides étant à la fois juges et prêtres, c'était une manière de combiner des exécutions judiciaires ou militaires avec l'honneur des dieux.
  • Les Celtes ne croyaient pas au paradis ni à l'enfer, mais croyaient en la réincarnation automatique sur Terre, indépendamment de ses actes dans la vie.
  • Les écrivains grecs se rappellent qu'en rencontrant Alexandre le Grand, les Celtes se vantaient de ne craindre rien, à part que le ciel ne leur tombent sur la tête.
  • Les guerriers celtes décapitaient les vaincus après une bataille, ramenaient la tête à la maison comme trophées et exposaient les corps sans tête accrochés sur des cadres de bois.
  • Parfois, ils remplaçaient les humains par d'énormes amphores de vin, et simulaient la décapitation en coupant le sommet de l'amphore avec une épée. Le vin renversé représenterait le sang.
  • L'une des divinités celtiques les plus importantes en Gaule et en Grande-Bretagne était Lug (us) (ou Lugh dans la mythologie irlandaise), dont le grand sanctuaire était à Lugdunum (Lyon moderne). Patron du commerce, protecteur des voyageurs et inventeur de tous les arts, les attributs de Lug l'identifient comme l'équivalent du dieu romain Mercure ou du dieu grec Hermès. La fête de Lug était célébrée le 1er août. Son symbole est le corbeau.

Les Celtes comparés aux Grecs et aux Romains

  • Les écrivains gréco-romains racontent généralement des histoires horrifiées sur la pratique barbare des sacrifices humains et animaux. Néanmoins, les Grecs et les Romains sacrifiaient aussi des animaux aux dieux, et parfois même aux humains (comme le roi Agamemnon avec sa propre fille). Les Romains organisaient également des jeux célèbres dans lesquels des êtres humains se battaient à mort dans les arènes pour le plaisir des spectateurs. De plus, les Romains crucifiaient leurs opposants politiques et faisaient tuer ou manger des prisonniers vivants par des bêtes sauvages dans les arènes. Dans l'ensemble, les sacrifices religieux celtiques étaient certainement moins cruels et barbares que ceux des Romains.
  • Les Celtes ne coupaient pas leur vin avec de l'eau, mais le buvaient pur, ce qui était considéré comme une pratique barbare par les Grecs et les Romains. La pratique celtique est celle qui a prévalu à notre époque, donc ce n'était peut-être pas si barbare après tout.

Tribus et noms de lieux

  • Beaucoup de tribus celtiques anciennes ont donné leur nom à des lieux modernes. Par exemple, la Bohême a été nommée après la tribus des Boii et la Belgique après les Belgae. L'ancien nom de la Suisse, encore utilisé de nos jours, était l'Helvetie, de la tribu celtique des Helvetii. En France, Paris a été nommé d'après la tribu des Parisi, et Lyon est une corruption du nom celtique Lugdunon, signifiant la "colline fortifiée de Lugh" (une des divinités celtiques les plus importantes). Il existe de nombreuses villes et régions en France nommées d'après les tribus gauloises ou belges. Par exemple:

Villes françaises nommées d'après des tribus celtiques

Les noms de lieux sont classés par région, en gros du nord au sud.

    • les Suessions ont donné leur nom à Soissons, Picardie
    • les Bellovaci vers Beauvais, Picardie
    • les Remi vers Reims, Champagne
    • les Lingons à Langres, Champagne
    • les Meldi à Meaux, Île-de-France
    • les Senones à Sens, Bourgogne
    • les Abrincates à Avranches, en Normandie
    • les Lexovii à Lisieux, Normandie
    • les Cenomani à Rennes, Bretagne
    • les Veneti à Vannes, Bretagne
    • les Coriosoliti à Corseul, Bretagne
    • les Redones au Mans, Pays de la Loire
    • Les Namnetes vers Nantes, Pays de la Loire
    • les Andecavi vers Angers, Pays de la Loire
    • les Turoni vers Tours, Pays de la Loire
    • les Diablintes vers Jublains, Pays de la Loire
    • les Carnutes à Chartres, Centre
    • les Bituriges à Bourges, Centre
    • les Pictones à Poitiers, Poitou
    • les Santones aux Saintes, Saintonge
    • les Lemovices à Limoges, Limousin
    • les Petrocori à Périgueux, Périgord
    • les Cadurci à Cahors, Quercy
    • les Elusates à Eauze, en Gascogne
    • les Auscii à Auch, en Gascogne

Régions françaises nommées d'après les tribus celtiques

    • les Viromandui ont donné leur nom à la région de Vermandois
    • les Veliocassi vers la région de Vexin
    • les Pictones vers la région Poitou
    • les Santones vers la région de Saintonge
    • les Lemovices vers la région Limousin
    • les Cadurci vers la région du Quercy
    • les Petrocori vers la région du Périgord
    • les Arverni en Auvergne
    • les Vellavi dans la région du Velay
    • les Gabales de la région du Gévaudan

  • Une branche cisalpine de la tribu susmentionnée des Veneti a donné son nom à Venise et à la région de Vénétie en Italie. Les villes italiennes de Belluno, Bergame, Bologne, Brescia, Brianza, Gênes et Milan ont toutes des racines celtes.
  • En Allemagne Trier (Trèves en français) tient son nom de la tribu des Treveri. Les villes allemandes d'Ansbach, de Bonn, de Boppard, de Düren, de Kempten, de Mayence, de Remagen et de Tübingen ont toutes une étymologie celte.
  • Quelques villes belges portent les noms de tribus belges, comme Tongeren (Tongres) qui tire son nom de la tribu des Tungri, Menen nommé d'après les Menapi, ou Virton nommés d'après le Viromandui. Le nom des villages d'Avendoren (Tirlemont) et d'Avernas (Hannut) pouraient dériver de la tribu des Eburones. De plus, les régions de Condroz et de Famenne en Wallonie doivent leur nom aux tribus belges des Condrusi et des Paemani.
  • Les villes suisses de Soleure, Thoune, Winterthour, Yverdon-les-Bains et Zurich ont des étymologies celtiques, tout comme Bregenz et Vienne en Autriche.
  • Le nom «Portugal» vient Latin Portus Cale (Port de Cale). Cale ou Cailleah était la déesse mère du peuple celtique. Beaucoup de villes portugaises et de villes ont des noms celtiques, y compris Beira, Braga, Bragance, Coimbra, Évora, ainsi que les anciennes villes romaines de Conímbriga et Lacobriga.
  • Les régions de Galice au nord-ouest de l'Espagne, la Galicie en Europe centrale et orientale (à cheval entre la Pologne et l'Ukraine), ainsi que la ville et le comté de Galați en Roumanie tirent tous leur nom des Galates.
  • Beaucoup de rivières européennes ont des noms celtes. Le mot celtique Danu, signifiant «couler», est la racine de certains des plus longs fleuves européens, comme le Danube, le Don, le Dniepr et le Dniestr.
  • D'autres noms de rivières d'origine celtique incluent le Douro en Ibérie, la Dordogne, la Loire, la Meuse, le Rhône et la Seine en France, le Main et le Neckar en Allemagne ou l'Avon, la Tamise et le Trent en Grande-Bretagne. (=> voir Origines des noms des rivières européennes)


Copyright © 2004-2019 Eupedia.com Tous droits réservés.